Loading...

Insights Sectoriels

Avoir la conscience tranquille

Quels sont les points essentiels qu’une offre de textiles de maison et de mode durable doit respecter? Et à quoi les consommateurs doivent-ils faire attention? Cinq conseils pour une industrie du textile digne de confiance.
Plus vite, plus haut, plus loin: ces dernières années, la production de textiles est de plus en plus rapide. Résultat: l’industrie textile émet 2,1 milliards de tonnes de CO2 par an. Cela correspond à 4 % des émissions mondiales. À cela s’ajoutent en général des conditions de travail inéquitables ou de la pollution. Les consommateurs réclament des textiles de maison et de mode durables. Que doit-on faire pour pouvoir en vendre la conscience tranquille?
 
1. La circularité
L’industrie textile ne sera pérenne que si elle passe d’une approche linéaire à une approche circulaire: en travaillant en circuit fermé, on évite les déchets. Il faut donc miser sur des marques qui mettent déjà en place le cradle-to-cradle. 
 
2. Un seul matériau pour un meilleur recyclage
Si l’on souhaite travailler en suivant le concept de circularité, on a besoin d’un bon matériau de départ. Or, dans la plupart des processus de recyclage d’aujourd’hui, les textiles ne sont en général pas entièrement recyclés. En effet, ces produits sont fabriqués à partir de différents matériaux: par exemple un tissu mixte de coton et de polyester, un pull en laine avec des fils de polyester ou encore les étiquettes d’entretien en synthétique. Si l’on veut miser sur la circularité, il faut choisir un unique matériau.
 
3. Le travail local
De la fibre de départ jusqu’au produit fini, de nombreuses parties prenantes sont impliquées. La circularité requiert un échange entre les différents acteurs. Or, en produisant et en achetant à l’international, on ne peut pas garantir un échange entre tous les intermédiaires. C’est pourquoi le travail local est synonyme de transparence et nous épargne des détours.
 
4. La durée de vie
Les textiles que l’on garde longtemps sont durables. Cela vaut donc la peine d’investir dans des matériaux, des couleurs et des formes qui tiennent sur la durée et de proposer aux consommateurs des vêtements qui résistent le plus longtemps possible avant d’arriver à l’étape de recyclage. De plus, la longue durée de vie est un argument de vente fort pour les consommateurs qui sont prêts à payer plus.
 
5. Les bons labels
Différents labels essayent d’aider les consommateurs à reconnaître les vêtements équitables et durables. Cette orientation est utile, lorsqu’elle est digne de confiance. Choisis des labels de sources indépendantes et demande-toi toujours si c’est du greenwashing. Il s’agit de méthodes de RP dont le but est de faire passer, aux yeux du grand public, l’entreprise pour plus écologique et respectueuse de l’environnement qu’elle ne l’est réellement.
 
Ces cinq conseils sont les clés pour proposer et vendre des textiles durables, ou d’autres produits, sans tricher.